20 août 1914 - 4 Morts pour la France

de Fallois Léon Adolphe Marie (1892-1914)

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre
160e Régiment d’infanterie

 « Le sous-lieutenant de Fallois a brillamment commandé sa section sous le feu et l’a dirigée avec le plus grand calme. »

Né à Morlaix (Finistère), le 16 février 1892, de Léon, Charles, Stanislas, Marie de Fallois, courtier maritime et de Marguerite, Louise Ruban. Recrutement de Lorient. Matricule 423/74. Classe 1912. Ce Saint-Cyrien de la 97e promotion de « Montmirail » 1912-1914 est tué à l’ennemi à Morhange (Lorraine), le 20 août 1914 à l’âge de 22 ans. Lors de l’attaque allemande du 20 août, le régiment du sous-lieutenant de Fallois subit de lourdes pertes : 33 officiers et 1 800 soldats sont mis hors de combat. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 4 février 1915. Il habitait 9, rue Belle-Fontaine à Lorient. Son nom figure sur le livre d’or des anciens élèves du collège Saint-Vincent à Rennes en Ille-et-Vilaine et sur les plaques commémoratives de l’école Saint-Charles à Saint-Brieuc dans les Côtes-du-Nord. Il est aussi gravé sur le monument dédié au commandant Georges Lilleman et à ses compagnons d’armes à la nécropole nationale de Mareuil dans le Pas-de-Calais. Enfin, il est inscrit sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis, du  lycée et sur le monument aux morts du carré militaire du cimetière de Carnel à Lorient. Une stèle sur la sépulture de la famille au cimetière de Carnel rappelle sa disparition. Carré 30 - Tombe n° 52.

Garineau Jacques Louis Henri (1893-1914)

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
37e Régiment d’infanterie

Né à Lorient, le 11 février 1893, de Ludovic, Marie, Gabriel Garineau, officier d’état-major et de Nancy, Antoinette Banel. Recrutement de Lorient. Matricule 319. Classe 1913. Ce Saint-Cyrien de la 97e  promotion de « Montmirail » 1912-1914 est tué à l’ennemi à Morhange (Moselle), le 20 août 1914 à l’âge de 21 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale de Riche en Moselle. Tombe n° 968. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le vendredi 7 mars 1919. Il habitait 2, place Sainte-Anne d’Arvor à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor et du lycée de Lorient.

Montagné Henri Emile Isidore (1872-1914)

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Capitaine
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre
16e Régiment d’infanterie

Né à Lorient, le 29 octobre 1872, de Pierre, Isidore, Justin Montagné, capitaine au dixième régiment d’infanterie et de Mathilde, Émilie Le Goic. Il épouse à Mende (Lozère), le 9 janvier 1901 : Madeleine, Marie, Julie, Blanche Pinjau. Recrutement d’Évreux. Matricule 56/664. Classe 1892. Ce Saint-Cyrien de la 78e promotion de « Jeanne d’Arc » 1893-1895 est affecté à la sortie de l’École spéciale militaire au 155e régiment d’infanterie. En 1910, il est nommé au 16e d’infanterie à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. Il est tué à l’ennemi lors de l’offensive sur Mulhouse à Schneckenbusch (Moselle), le 20 août 1914 à l’âge de 41 ans. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front, le vendredi 18 novembre 1921 à Vannes puis à Lorient. Ses obsèques sont célébrées à Port-Louis, le samedi 19 novembre 1921. Il habitait 55, rue de la Comédie à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis et du lycée de Lorient.

Voisin Albert-Eugène Victor (1870-1914)

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Capitaine
146e Régiment d’infanterie

Né à Lorient, le 8 août 1870, de Charles, Auguste Voisin, professeur de troisième au lycée de cette ville et de Jenny, Hamilton Tessier. Il épouse à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 24 septembre 1896 : Julie, Joséphine, Marie Ulysse. Recrutement d’Amiens. Matricule 280. Classe 1890. Ce Saint-Cyrien de la 76e promotion du « Soudan » 1891-1893 est affecté avant les hostilités au 146e d’infanterie à Toul en Meurthe-et-Moselle. Le 31 juillet 1914, le 146e quitte la caserne maréchal Ney à Toul et s’élance sur la route de Nancy sous un soleil accablant en direction d’Haraucourt. Le colonel Bérot, commandant le régiment et son adjoint le capitaine Voisin s’installent à la mairie et apprennent la mobilisation générale et la déclaration de guerre. Aussitôt, le 146e fait mouvement et cantonne à partir du 19 août à Chicourt en Moselle. Le lendemain matin « après une nuit calme, les obus ennemis pleuvent sur Chicourt, et une fusillade nourrie crépite subitement aux portes du village (…) L’ardeur de nos chefs et de nos soldats est incomparable, ils se font tuer sur place plutôt que de reculer, les pertes augmentant à vue d’œil.» Mais devant la supériorité numérique de l’adversaire, la retraite est inévitable. Alors que le colonel Bérot et le capitaine Voisin observent depuis le sommet d’un tertre la disposition des troupes, un obus allemand blesse mortellement le colonel et tue le capitaine Voisin. C’est la désolation au sein du régiment qui perd ses premiers officiers. Le brave capitaine Voisin est déclaré tué à l’ennemi à Chicourt (Moselle), le 20 août 1914 lors de la bataille de Morhange à l’âge de 44 ans. Ses supérieurs signalent son comportement exemplaire « son dévouement et sa prodigieuse activité, passant presque toute la journée à cheval, pour porter lui-même les ordres de son chef. »  Il est inhumé à la nécropole nationale de Riche en Moselle. Tombe n° 1243.  Il habitait 41, rue de l’Hôpital à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église et de l’institution Saint-Louis à Lorient.<xml></xml>