9 décembre 1915 - 1 Mort pour la France

Le Garrec Joseph-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sergent
88e Régiment d’infanterie territoriale
1881-1915

Né à Plouay (Morbihan), le 21 avril 1881, de Joseph Le Garrec, facteur et de Marie, Françoise Pécheur. Il épouse à Keryado (Morbihan), le 23 février 1906 : Marie, Hélène, Julienne Rio, ménagère. Après un engagement de cinq ans dans la marine, Joseph Le Garrec commence une carrière commerciale et s’établit à Lorient. Il se présente aux élections législatives du 26 avril 1914 dans la 2e circonscription de cette ville sous l’étiquette de la Fédération d’Action Républicaine et Proportionnaliste. Lors de réunions publiques, il développe son programme et se prononce pour la liberté la plus complète en matière religieuse et d’enseignement : « Je suis partisan de toutes libertés, comme je le suis de l’honnêteté et de la propreté politique, si étrangement méconnues depuis quelques temps par les faux républicains millionnaires qui nous gouvernent et font taire leurs adversaires, au besoin par l’assassinat ! » Il déclare que « le pays doit être fort ; il faut maintenir le service de trois ans tant que cela sera nécessaire, pour la sauvegarde de la Patrie. Mais dès maintenant, il faut préparer l’éducation militaire de la jeunesse, que le législateur de 1905 avait prévu, et que les ministères de faux républicains qui se sont succédés au pouvoir ont totalement négligée. » Malgré une campagne ardente, les électeurs votent en faveur du député sortant Ernest Lamy (1867-1927) facilement réélu avec 6777 suffrages. Joseph Le Guyader recueille seulement 133 voix et reprend son activité de voyageur de commerce. Mobilisé, il rejoint le 88e territorial et fait bravement son devoir. Il est tué lors d’un bombardement à la Main-de-Massiges (Marne), le 9 décembre 1915 à l’âge de 34 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale Le Pont du Marson à Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus dans la Marne. Tombe n° 720. Il habitait 2 rue Duliscouët à Lorient. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech, le mercredi 9 février 1916. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.