29 septembre 1915 - 6 Morts pour la France

Bévant Joseph-Julien

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal
116e Régiment d’infanterie
1894-1915

Né à Lorient, le 29 avril 1894, de Louis Bévant, journalier et de Marie, Julienne Jégouzo, journalière. Recrutement de Lorient. Matricule 5972/1181. Classe 1914. Le 13 septembre 1914, il est incorporé au 116e régiment d’infanterie. Il décède de ses blessures de guerre à l’ambulance 13/14 à Saint-Rémy-sur-Bussy (Marne), le 29 septembre 1915 à l’âge de 21 ans. Il habitait 6 impasse Carnel à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor.

Chauvin Jacques-Jules-François

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
402e Régiment d’infanterie
1894-1915
Disparu au combat

« Il est mort les armes à la main, en refoulant l’ennemi, les yeux déjà plein de l’assurance de la victoire prochaine.»

Né à Cherbourg (Manche), le 28 juillet 1894, de Paul, Eugène, Hippolyte Chauvin, capitaine à la direction d’artillerie de marine et de Marie, Léontine Decreus. Recrutement de Lorient. Matricule 1219/1203. Classe 1914. Étudiant en médecine, Jacques Chauvin était tout désigné pour le corps des infirmiers dans lequel il servit quelques mois avant de rejoindre le service d’agent télégraphiste. Par la suite, et « sur ses sollicitations pressentes » il partage « les fatigues et les gloires de la campagne de Champagne » avec une unité de combat et tombe glorieusement au champ d’honneur à Suippes (Marne), le 29 septembre 1915 à l’âge de 21 ans. Un service solennel est célébré en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le lundi 13 novembre 1916 par le chanoine Diffon, recteur de la paroisse Sainte-Anne d’Arvor qui exalte le comportement du jeune soldat tombé glorieusement à l’ennemi : « Il est mort les armes à la main, en refoulant l’ennemi, les yeux déjà pleins de l’assurance de la victoire prochaine. Dieu envers qui il fut toujours si religieux, l’aura sans doute, reçu dans son sein. » Son nom figure sur les plaquettes commémoratives du lycée et de l’église Sainte-Anne d’Arvor à Lorient et sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan. Trois ans plus tard, son frère Lucien est tué à l’ennemi le 18 juillet 1918 dans l’Aisne.

Huby Léopold-François-Pierre

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
402e Régiment d’infanterie
1895-1915
Disparu au combat

Né à Keryado (Morbihan), le 20 octobre 1895, de François, Pierre, Marie Huby, forgeron au port et de Marie, Hyacinthe Hurvois, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 438/508. Classe 1915. Il disparaît au combat à la cote 139 à Sainte-Marie-à-Py (Marne), le 29 septembre 1915 à l’âge de 19 ans. Il habitait 65 rue Louis Roche à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.

Keraudren Antoine

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat
402e Régiment d’infanterie
1894-1915
Disparu au combat

Né à Tréméven (Finistère), le 16 février 1894, de Louis Keraudren et d’Anne Lebrun. Recrutement de Lorient. Matricule 818/1295. Classe 1914. Le 12 mai 1915, il est affecté au 402e régiment d’infanterie et disparaît au combat à Sainte-Marie-à-Py (Marne), le 29 septembre 1915 à l’âge de 21 ans. Il habitait 14 rue de l’Eau Courante à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.

Lamy François-Louis-Paul

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
402e Régiment d’infanterie
1896-1915
Disparu au combat

Né à Lorient, le 27 novembre 1896, de François, Marie Lamy, second-maître voilier de la flotte et de Marie, Louise Dugor. Recrutement de Lorient. Matricule 830/L.466. Classe 1916. Il disparaît au combat à la cote 139 au sud de Sainte-Marie-à-Py (Marne), le 29 septembre 1915 à l’âge de 18 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le lundi 19 mai 1919. Il habitait 9 place Saint-Louis à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis. Son frère Théodore décède le 15 novembre 1918 de maladie contractée en service.

Michel Eugène-Pierre-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal
52e Régiment d’infanterie coloniale
1891-1915

Né à Keryado (Morbihan), le 29 mars 1891, d’Eugène, Louis, Marie Michel, deuxième maître mécanicien et de Jeanne, Louise Lucas, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 12296/2692. Classe 1911. Il est tué à l’ennemi à Souain (Marne), le 29 septembre 1915 à l’âge de 24 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Notre-Dame de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech, le jeudi 18 novembre 1915. Il habitait 10 rue François Jégou à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.