3 décembre 1916 - 3 Morts pour la France

Jégouzo Célestin-Joseph

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître mécanicien
Médaille militaire
Croix de guerre avec étoile de bronze
Canonnière Surprise  
1877-1916
Disparu en mer

« Tous à bord ont donné le plus bel exemple de courage, de discipline et de Sang-froid. » 

Né à Baud (Morbihan), le 15 juillet 1877, d’Auguste, Adolphe Jégouzo, marchand et de Jeanne, Marie Jégouzo, marchande. Recrutement de Lorient. Matricule 1082. Classe 1897. Il disparaît en mer à bord de la canonnière Surprise, torpillée et coulée par le sous-marin allemand U-38 en baie de Funchal à l’île de Madère (Portugal), le 3 décembre 1916 à l’âge de 39 ans.

Joint Gustave

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître mécanicien
Médaille militaire
Croix de guerre avec étoile de bronze
Canonnière Surprise  
1884-1916

« Tous à bord ont donné le plus bel exemple de courage, de discipline et de sang-froid. » 

Né à Sainte-Lizaigne (Indre), le 28 octobre 1884, de Pierre Joint, journalier et de Marie, Mélanie Mauchien. Il épouse à Lorient, le 20 avril 1912, Marie, Hélène Le Bigot. Matricule 1851. Classe 1904. Il « disparaît » en mer à bord de la canonnière Surprise, torpillée et coulée par le sous-marin allemand U-38 en baie de Funchal à l’île de Madère (Portugal), le 3 décembre 1916 à l’âge de 32 ans. Une messe est dite pour le repos de son âme en l’église Sainte-Brigitte de Merville, le lundi 18 décembre 1916. Il habitait 8 rue de Kerlin à Lorient. Sa dépouille mortelle est rapatriée de Brest à Lorient, le mercredi 7 décembre 1921. Ses obsèques sont célébrées en l’église Sainte-Brigitte de Merville, le jeudi 8 décembre 1921, suivies de l’inhumation au cimetière de Carnel. Carré 46. Tombe n° 3. Une stèle sur la sépulture de la famille rappelle sa mémoire.

Le Pichon Julien-Joseph-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 2e classe canonnier
Médaille militaire
Croix de guerre avec étoile de bronze
Canonnière Surprise
1886-1916

« Tous à bord ont donné le plus bel exemple de courage, de discipline et de sang-froid. » 

Né à l’île d’Arz (Morbihan), le 8 août 1886, de Julien, Marie, Hippolyte Le Pichon, marin et de Élise, Marie, Julienne Layec. Recrutement de Vannes. Matricule 287/2119. Classe 1906. Il disparaît en mer à bord de la canonnière Surprise, torpillée et coulée par le sous-marin allemand U-38 en baie de Funchal à l’île de Madère (Portugal), le 3 décembre 1916 à l’âge de 30 ans. Son corps est retrouvé le 9 décembre 1916 et une messe est dite pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le mardi 19 décembre 1916. Il habitait 1 rue de la Perrière à Lorient. Sa dépouille mortelle est rapatriée de Brest à Lorient, le mercredi 7 novembre 1921. Ses obsèques sont célébrées en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 8 novembre 1921. À la suite de la cérémonie religieuse, le convoi funèbre dont «huit marins tenaient les cordons du poële et portaient les couronnes» se dirige lentement vers le cimetière de Carnel. Il est inhumé au carré militaire du cimetière. Carré 50 bis - Tombe n° 130.