11 janvier 1916 - 3 Morts pour la France

Briend Louis-Marie-Casimir

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître mécanicien
Médaille militaire
4e Dépôt des équipages de la flotte
1872-1916

Né à Ploemeur (Morbihan), le 4 mars 1872, de Louis, Marie Briend, charpentier et de Marie, Louise Ropert, ménagère. Il épouse à Keryado, le 17 avril 1898 : Amélie, Marie Le Darz. Recrutement de Lorient. Matricule 1058/8058. Classe 1892. Il décède de maladie contractée en service à l’hôpital de Rochefort-sur-mer (Charente-Maritime), le 11 janvier 1916 à l’âge de 43 ans. Sa dépouille mortelle est rapatriée à Lorient, le vendredi 14 janvier 1916. Ses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Joseph de Keryado, le samedi 15 janvier, suivies de l’inhumation au cimetière de Keryado. Son nom figure sur le monument aux morts de Keryado.

Cauzic Edmond-Antoine-François

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 1e classe
Croix de guerre
411e Régiment d’infanterie
1893-1916

« Tombé glorieusement, lors de la contre-attaque exécutée avec succès par la 7e compagnie le 11 janvier 1916 au poste particulièrement périlleux qu’il avait sollicité. » Citation à l’ordre de la brigade.

Né à Lorient, le 19 août 1893, de Henri, Louis, Marie Cauzic, maître boucher et de Marie, Pauline Rolland. Recrutement de Lorient. Matricule 10840/2961. Classe 1913. Il est tué à l’ennemi à Beauséjour (Marne), le 11 janvier 1916 à l’âge de 22 ans. Lors de l’arrivée à Beauséjour dans la Marne, le 411e est surpris par le paysage : « Une plaine dénudée et aride s’étire à perte de vue, couverte de nombreux trous d’obus ; d’interminables boyaux creusés dans la craie blanche, remplis d’eau et d’une boue gluante, gênant la marche, rendent la relève pénible. [1]» Pourtant, les soldats vont y vivre plusieurs mois recroquevillés dans les tranchées d’Haraucourt et Posen-Champagne à proximité de l’ennemi. La mort rode et « quiconque se montre est impitoyablement fauché. » En plus, les pluies diluviennes et les bombardements incessants provoquent l’éboulement des abris ensevelissant les hommes. Le 11 janvier 1916, une vigoureuse offensive permet au 411e de reprendre du terrain mais elle ne peut s’emparer « d’un observatoire blindé, véritable nid de mitrailleuses. » Lors de cette dernière attaque, le soldat Cauzic, « les deux jambes enlevées par l’explosion d’une cartouche de cheditte », tombe glorieusement au champ d’honneur. À l’issue de l’offensive, une citation récompense le régiment : « Le 411e a fait son devoir. Malgré la déloyauté d’un ennemi supérieur en nombre, usant de procédés condamnés par tous, il ne lui laissa pas imposer sa volonté et eut, par son énergie et son courage, lutté jusqu’au bout pour reprendre le terrain perdu. » Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le vendredi 28 janvier 1916. Il habitait 62 rue du Morbihan à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Ruello Pierre-Marie-Émile

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal
316e Régiment d’infanterie
1886-1916

« A fait preuve de crânerie et d’énergie dans une patrouille dangereuse exécutée le 17 avril 1915. » Citation à l’ordre du régiment du 28 avril 1915.

Né à Ploemeur (Morbihan), le 13 janvier 1886, de Marie, Perrine Ruello, journalière. Recrutement de Vannes. Matricule 01730/9. Classe 1906. Il est tué à l’ennemi dans une tranchée de première ligne à Tracy-le-Val (Oise), le 11 janvier 1916 à l’âge de 39 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale de Tracy-le-Mont dans l’Oise. Carré E - Tombe n° 105. Il habitait 10 rue Mathurin Le Gal à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.