27 juillet 1916 - 3 Morts pour la France

Alléhaux Vincent-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Brigadier
1er Régiment d’artillerie coloniale
1880-1916

Né à Auray (Morbihan), le 22 septembre 1880, de Julien, Marie Alléhaux, boucher et de Louise, Hortense Buhé, bouchère. Il épouse à Lorient, le 18 avril 1908, Anne Terrien, cuisinière. Veuf, il se remarie à Lorient, le 6 octobre 1911 avec Jeanne, Louise, Marie, Françoise Dagorne, factrice. Recrutement de Lorient. Matricule 305. Classe 1900. Après une carrière coloniale, le brigadier Alléhaux est mobilisé le 7 août 1914. Le 1er mars 1915, il est affecté au 1er régiment d’artillerie coloniale. Réformé, il décède de maladie contractée en service à Lorient, le 27 juillet 1916 à l’âge de 35 ans. Ses obsèques sont célébrées en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le samedi 29 juillet 1916. Il habitait 3 rue Voltaire à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Carpentier Charles-Théodore

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

2e Canonnier conducteur
1er Régiment d’artillerie coloniale
1897-1916

« Sur le front depuis une quinzaine de jours, s’est conduit au feu d’une façon très brillante. Agent de liaison avec l’infanterie pendant les journées des 2, 3, 4, 5 juillet 1916, a fait preuve d’un complet mépris du danger en parcourant plusieurs fois avec calme et sang-froid une plaine violemment bombardée par l’ennemi pour transmettre à son commandant de groupe des renseignements sur la situation de l’infanterie. »

Né à Lorient, le 26 octobre 1897, de Charles, Théodore Carpentier, deuxième maître mécanicien et de Marie, Josèphe Daniel. Recrutement de Lorient. Matricule 11326/12. Classe 1915/1917. Le 26 juin 1915, il s’engage pour la durée de la guerre au 1er régiment d’artillerie coloniale et est tué à l’ennemi à Flaucourt (Somme), le 27 juillet 1916 à l’âge de 18 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le jeudi 17 août 1916. Il habitait 6 rue de la Comédie à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.  

Meyer Charles-Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Maréchal-des-Logis
1er Régiment d’artillerie coloniale
1888-1916

Né à Châlons-sur-Marne (Marne), le 8 septembre 1888, de Charles, Joseph, Otton Meyer, garçon distillateur et de Louise, Alexandrine Amelin, domestique. Deuxième canonnier conducteur au 1er régiment d’artillerie coloniale, il épouse à Lorient, le 14 novembre 1912, Joséphine, Francine Hémonet. Recrutement de Paris (3e bureau). Matricule 8815/4601. Classe 1908. Il est tué à l’ennemi à Flaucourt (Somme), le 27 juillet 1916 à l’âge de 27 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale de Villers-Carbonnel dans la Somme. Tombe n° 657. Il habitait 60 rue de Brest à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.