2 août 1917 - 3 Morts pour la France

Brenner François-Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot chauffeur
Médaille militaire
Croix de guerre avec étoile de bronze
1er Régiment de fusiliers-marins
1894-1917

« Mort glorieusement pour la France en faisant courageusement son devoir, le 2 août 1917. »

Né à Concarneau (Finistère), le 25 septembre 1894, de Jean Brenner, chiffonnier et de R. Fichoux, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 2326. Classe 1914. Il est tué à l’ennemi au pont de Steenstraete (Belgique), le 2 août 1917 à l’âge de 22 ans. Il habitait 41 rue Docteur Villers à Lorient. Son frère Édouard est tué à l’ennemi le 1er mai 1917 dans l’Aisne.

Dupuis Louis-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
147e Régiment d’infanterie  
1889-1917

Né à Perret (Côte-du-Nord), le 31 janvier 1889, de Catherine Dupuis, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 07389/3170. Classe 1909. Le 2 août 1914, il est mobilisé au 3e régiment d’artillerie à pied et après de multiples affectations, il passe le 10 octobre 1916 au 147e régiment d’infanterie. Le 24 janvier 1916, il est blessé à Mesnil-lès-Hurlus dans la Marne. Rétabli, il retrouve le front et est tué à l’ennemi au Bois-d’Avocourt (Meuse), le 2 août 1917 à l’âge de 28 ans. Il habitait 73 rue du Finistère à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Le Nay Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 1e classe mécanicien
Vapeur Libia
1888-1917
Disparu en mer

Né à Lorient, le 12 décembre 1888, de Louis, Marie Le Nay, matelot cordonnier de la flotte et de Marie, Anne Gloanec. Matricule 180373. Classe 1908. Le vapeur Libia est réquisitionné à Dakar, le 3 mai 1917 et est torpillé et coulé à 70 milles dans l’Ouest de Penmarch par le sous-marin allemand UC-61, le 2 août 1917. Vingt-quatre membres de l’équipage sont portés disparus et parmi ces derniers figure le matelot Louis Le Nay, âgé de 28 ans. Son nom figure sur le monument aux morts de Keryado. Un témoignage officiel de satisfaction « est accordé au vapeur Libia pour l’énergie et la courageuse attitude de chacun lors du torpillage de ce bâtiment, le 2 août 1917. [1]»


[1] L’Ouest-Éclair. Le 10 août 1917