24 mars 1917 - 3 Morts pour la France

Naufrage du remorqueur Tapir

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), default quality

Le Nouvelliste du Morbihan annonce le 27 mars 1917 un nouveau drame[1] de la mer : « Le patrouilleur Tapir explose et sombre aussitôt » engloutissant de nombreux marins dont trois Lorientais. Le Préfet maritime, le vice-amiral Favereau cite à l’ordre du jour le commandant et l’équipage du remorqueur Tapir qui le 24 mars ont disparu en mer à la suite de l’explosion d’une mine qui a brisé leur petit bâtiment : "Affecté au service du front de mer de Lorient depuis le début de la guerre, les marins du Tapir n’avaient cessé de montrer dans l’accomplissement de leur tâche journalière, les meilleures qualités d’entrain et d’endurance. Dans des circonstances nombreuses, il avait été fait appel à leur dévouement, et lors d’un naufrage récent, un second maître et un marin de ce bâtiment avaient péri en allant courageusement porter secours, la nuit, à un navire en détresse. Le sacrifice de ces braves gens, victimes de leur devoir, aura un écho douloureux dans la population de Lorient à laquelle beaucoup tenaient par les liens les plus étroits. Le vice-amiral, commandant en chef, adresse à leurs familles l’expression de sa sympathie."

[1] Le naufrage fait 15 victimes.

Burguin Jean-Michel

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 2e classe
Remorqueur Tapir
1875-1917
Disparu en mer

« A donné dans l’exécution de son service des preuves d’entrain, de zèle et d’énergie. A disparu en mer, le 24 mars, à la suite de l’explosion d’une mine qui a brisé le Tapir.»

Né à Auray (Morbihan), le 24 avril 1875, d’Augustin Burguin, journalier et de Marie, Joseph Le Toutin, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 2761. Classe 1895. Après diverses affectations, il rejoint le 21 janvier 1917 le 3e dépôt des équipages de la flotte et embarque sur le remorqueur Tapir. Il disparaît en mer à bord de ce navire qui saute sur une mine au large de l’île de Groix dans le Morbihan, le 24 mars 1917 à l’âge de 41 ans.

Rio Joseph-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître TSF
Médaille militaire
Croix de guerre
Remorqueur Tapir
1889-1917
Disparu en mer

« A donné dans l’exécution de son service des preuves d’entrain, de zèle et d’énergie. A disparu en mer, le 24 mars, à la suite de l’explosion d’une mine qui a brisé le Tapir.»

Né à Vannes (Morbihan), le 7 décembre 1889, de Joseph, Marie Rio, facteur et de Marie, Françoise David. Il épouse à Lorient, le 10 février 1915, Eugénie, Henriette Le Sauce. Recrutement de Lorient. Matricule 219643/523. Classe 1909. En août 1914, il est affecté au 1e régiment de fusiliers-marins et est grièvement blessé le 21 octobre 1914 à Dixmude en Belgique. Rétabli, il est nommé le 1e janvier 1916 sur le remorqueur Tapir et disparaît en mer à bord de ce navire qui saute sur une mine au large de l’île de Groix dans le Morbihan, le 24 mars 1917, à l’âge de 27 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le mardi 24 avril 1917. Il habitait 32 rue Docteur Villers à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor. Une stèle sur la sépulture de la famille au cimetière de Carnel rappelle sa mémoire. Carré 24 - Tombe n° 17.  

Thomas Évariste-Auguste-Aimé

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître chauffeur
Remorqueur Tapir
1891-1917
Disparu en mer

« A fait preuve du plus grand courage, le 24 février 1917, à bord du « tapir » en sauvant un quartier-maître en danger de se noyer. A donné dans l’exécution de son service des preuves d’entrain, de zèle et d’énergie. A disparu en mer, le 24 mars, à la suite de l’explosion d’une mine qui a brisé le Tapir.»

Né au village de Locmaria à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), le 16 avril 1891, de Pierre, Jean Thomas, cultivateur et de Marie, Adolphine Clément, cultivatrice. Il épouse à Locmaria, le 16 janvier 1917, Gabrielle, Marie, Joseph Samzun. Recrutement de Lorient. Matricule 579/3245. Classe 1911. Il disparaît en mer à bord du remorqueur Tapir qui saute sur une mine au large de l’île de Groix dans le Morbihan, le 24 mars 1917, à l’âge de 25 ans. Il habitait 11 rue Carnot à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.